Autour d’une bonne table

Au moment d’écrire ces lignes, je pense à l’été. Aux barbecues, aux aventures et aux voyages, aux guimauves, à la barbe à papa, au popcorn et à cette odeur très particulière qu’a un parc d’attractions. Je sais, je rêve.

L’été. Synonyme pour plusieurs de barbecues en gang, en famille, ou bien tout ce beau monde en même temps!

J’ai observé récemment un phénomène assez sympathique. Les gens sont présentement en confinement dû au COVID-19 mais cela n’aura pas empêché une gang de filles que j’affectionne particulièrement de se rassembler via vidéo-conférence, pour trinquer ensemble et d’autres amis de souper en famille! Quelle belle idée! Manger ensemble, briser l’isolement. Pour une fois, le cellulaire est permis à table et c’est agréable! Pourquoi pas!

Par ailleurs, une récente étude menée par l’université de Montréal publiée dans le Journal of Developmental and Behavioral Pediatrics, conclut que « les parents qui ont l’habitude de favoriser un environnement sain pendant les repas sont plus susceptibles d’avoir une influence positive à long terme sur la santé mentale et physique de leurs enfants. » (Source: La Presse, 18 décembre 2017)

C’est aussi bon pour le processus de digestion. En mangeant ensemble, on fait une pause entre les bouchées pour discuter, rire et trinquer. Le signal de satiété arrive également plus rapidement puisque l’estomac a le temps d’envoyer le message au cerveau d’arrêter tout ça!

La bouffe, c’est rassembleur! Manger ensemble, en famille, entre amis, à la maison, au resto, est une tradition qui remonte à fort longtemps. Je peux facilement m’imaginer le faste des épicuriens banquets romains et les déliquescentes réceptions des rois des siècles passés. Quand mon chum était jeune, tous les dimanches, c’était souper spaghetti chez sa grand-mère et toute la famille était invitée – les oncles, les tantes, les cousins et les cousines.

Manger ensemble, c’est une occasion de privilégier les discussions dans un cadre convivial et agréable et, bien sûr, de s’attarder davantage autour du dessert pour faire perdurer ce moment délicieux et repousser le moment de la corvée de vaisselle.

On y fait le plein d’amour. Parfois, on fait aussi le plein de provisions chez les parents et on repart avec des réserves d’amour sous forme de sauce à spaghetti.

Pensons donc à l’été, aux petits rassemblements rieurs et insouciants de bulles, de jeux de poches, de blé d’inde et de fers à cheval.

Surtout, pensons au plaisir d’être ensemble et de partager!

– Marie-Lou