Critique: Histoires de Bouffe

Dès que j’ai commencé à écrire pour mon blog, en 2018, le nom de Stéphane Gadbois à commencé à surgir à gauche et à droite. Si tu ne sais pas qui est Stéphane Gadbois, je vais pas aller te visiter avec une pelle … je vais plutôt te l’expliquer ici.

Sur cette photo, un homme talentueux, généreux de sa personne et amoureux de la bouffe et moi-même!

Stéphane Gadbois baigne dans l’univers de la bouffe depuis le tout jeune âge de 12 ans. Son parcours l’a amené à tenter de comprendre comment la bouffe était faite plutôt que de se contenter de la goûter/la manger. Même adolescent lorsqu’il mangeait chez des amis, il demandait déjà les recettes aux parents de ceux-ci pour les refaire.

Ce parcours, pour le moins inusité pour un jeune homme l’a amené à participer à l’émission Et que ça saute! à V Télé en 2011 ou il a dominé le show jusqu’à la toute fin … Mais oui je sais que tu te demandes si il a gagné les 100 000$ … Mais non. Selon l’animateur de l’émission, Martin Juneau, il est passé à un cheveux de la victoire!

Il a aussi participé à plusieurs Foodcamp au Château Frontenac comme chef invité et ce malgré le fait qu’il n’est ni chef, ni propriétaire de restaurant. C’est un passionné pour les saveurs qui a quelque chose à raconter!

Donc en résumé, Stéphane Gadbois est le plus grand Foodie Amateur qu’il m’a été de connaître et lors de ma participation comme juge de compétition de BBQ, j’étais assis à côté de lui! J’étais d’abord très intimidé et ensuite, j’ai été charmé par son ouverture, sa gentillesse et son ton amical. Après quelques minutes seulement, on parlait de ses voyages et on consultait des photos de bouffe sur ton cellulaire!

Stéphane à écrit/co-écrit deux livres:

Aujourd’hui, je te parle d’Histoires de Bouffe!

Le sujet de la critique du jour!

Je voulais déjà l’acheter depuis un bon moment mais la vie étant ce qu’elle est, il arrive toujours des imprévus qui nous empêche de faire ce que l’on veut OU on se fait déconcentrer de ce que l’on veut par les événements de la vie … Bref … Ça devait faire au moins 1 an que je voulais l’acheter et je l’ai trouvé, par hasard, sur les rayons d’un magasin que je visite régulièrement!

NOTE DE PAT
Bien qu’Histoires de Bouffe ait été publié en 2017, il est encore possible de le trouver via les diverses plateformes de ventes en ligne, dans ton magasin de livre favori ou encore au hasard comme ça a été le cas pour moi!

Titre; Histoires de Bouffe
Couverture: Semie-rigide, en couleur
Pages: 166 pages, en couleur
Éditions: 2017 chez ADA Éditions
ISBN: 978-2-89767-650-6

Les premières pages donnent déjà le ton au livre avec une préface de Martin Juneau (Émission Et que ça saute! À Télé-Québec) qui fait l’éloge de ce participant qui est passé à un poil de gagner la compétition en 2011, qui est un véritable amateur (comme dans amoureux) de bouffe et qui a quelque chose à raconter … et il a raison!

Ce livre est un délicieux amalgame d’anecdotes, d’histoires de bouffe et de recettes.

Il contient 66 recettes inspirées dans ses voyages en Irlande et en Italie, par son amour de la cuisine asiatique et par ces journées ou le frigo était vide.

Ici, sa recette de bacon confit à la sauce sriracha! Juste du bonheur!

On se laisse facilement porter par ses anecdotes. Je me suis surpris à m’imaginer dans ce pub en Irlande, à siroter une Guiness devant un feu de tourbe, à écouter Stéphane me raconter ses histoires de bouffe.

Les recettes présentées vont des bases (mayonnaise maison, sauce hollandaise, fond de canard) à des recettes élaborées (raviolis de homard, sticky toffee pudding et comment faire son propre corned beef) en passant par le meilleur grilled cheese du Vieux-Montréal, qui lui a valu un prix Juneau et quelques versions de ses « touskis » favoris (on connaît ça nous au Québec les touskis mais pour mes amis de la francophonie, un touski c’est une recette faite avec « tout ce qui » reste dans le frigo!).

Il s’agit donc d’un beau paradoxe de bouffe simple ET de bouffe « fancy ». Ça se lit très bien (malgré quelques termes un peu plus techniques éparpillés ici et là comme par exemple, quenelles qui peut sembler très technique aux yeux d’un non initié) et tu te laisseras porter à coup sûr par ses anecdotes et ses histoires de voyages et de bouffe.

Pour moi c’est le passage ou il parle de l’Irlande qui est vraiment venu me chercher. On peut presque sentir l’ambiance chaleureuse des pubs irlandais et sentir le feu de bois dans la cheminée!

Conclusion: C’est un achat sûr et ça se lit bien comme une promenade en voiture le dimanche en écoutant Frank Sinatra. C’est doux, c’est bon, ça fait sourire et surtout …

Ça donne faim! Un bon rapport qualité-prix!

Tu peux jeter un œil à mes autres critiques:

Critique: Survivre en Appart
Critique: F*ck That’s Delicious
Critique: Le Barbecue Pour Les Nuls