Du caractère qui réchauffe le coeur

Je relisais l’autre matin le texte d’introduction que Patrick a écrit lorsque je suis devenue une collaboratrice FOOD la Bouffe. Il disait: « Vous pourrez venir prendre une bière avec Marie-Lou. »

Ben faites donc ça! Donnez-moi votre feedback, vos impressions sur les bières que je vous propose dans la section commentaires ci-dessous.

J’ai pour vous cette fois des suggestions de bières rassembleuses pour tous ceux qui aiment les bières très savoureuses avec des effluves de café, de chocolat, de caramel, de vanille et de fumée. Cheers!

Carrick – Scotch Ale
Brasserie Le Naufrageur (Carleton-sur-Mer, Qc)
9,25% alc./vol. – bouteille de verre ambré – 500 ml
IBU 28

dav

Regardez-moi cette belle mousse, et cette belle robe, d’un noir intense, opaque. Son étiquette appelle au mystère et à l’aventure. Vous ne serez pas déçus! Sa mousse est crémeuse et sucrée.

Au nez, on sent le café, la crème brûlée, le caramel et la fumée.

Le malt fumé qui la compose est bien présent en bouche et très loin d’être désagréable. On la sent épaisse, soyeuse et surtout, pleine de saveurs! Le caramel rappelle celui de la croûte de la crème brûlée.

À déguster au bord d’un feu entre amis.

Malédiction (Milk Stout) (contient du lactose)
Le Saint-Bock
5% alc./vol. – bouteille de verre ambré – 500 ml

cof

Trop facile à boire! Bon stout presque noir.

Ce milk stout au cacao et à la vanille a de quoi surprendre. Il rappelle d’emblée les bonbons au caramel au café au cœur fourré au chocolat. J’ai l’impression de boire mon dessert!

Sa mousse, dense au début puis furtive est veloutée en bouche.

On la déguste avec ou sans guimauves.

Abel Turcault (Scotch Ale forte)
Microbrasserie de l’Île d’Orléans
8% alc./vol. – bouteille de verre ambré – 500 ml

dav

C’est un collègue à moi qui m’avait parlé de cette bière, qui porte le nom de son ancêtre.

Un peu d’histoire: Abel Turcault, était un fermier et un meunier établi sur l’Île d’Orléans en 1668! On lui avait octroyé une terre et lui avait donné le rare et prestigieux titre de maître farinier. Et pour cause, c’était le seul meunier de la place (pour le propriétaire de l’île) et le pain occupait alors une place très importante dans l’alimentation!

Bière brune caramélisée inspirée par les brassins écossais, sa couleur est aussi ambrée et opaque que la bouteille.

Son goût est fort en alcool et mériterait un temps de pause pour s’assouplir un peu. Elle a un potentiel de garde dont la durée m’est inconnue mais j’aimerais attendre 1 an ou 2 avant de la déguster la prochaine fois.

Réincarnation (Berliner Weisse)
Saint-Bock
4% alc./vol. – bouteille de verre ambré – 500 ml
Bière légère

dav

La bouteille indique Ananas et citron. J’étais très curieuse.

Au nez, c’est la prédominance de l’ananas mûr qui rafle toute l’attention. On a envie tout de suite d’y plonger les lèvres.

ERREUR!!!

Son goût est sûr et le citron domine sur tout. L’ananas se fait trop discret et n’est présent qu’en finale. On note aussi des pointes de pomme verte très acidulée.

J’ai été incapable de la finir, elle a fini dans l’évier. Quelle déception! Je m’attendais à plus de sucre ou au moins, moins d’acidité. C’est de loin la pire bière de la Brasserie Saint-Bock que j’ai eu la « chance » de goûter.

Peut-être qu’en modifiant la recette pour en créer une Goose, on aurait un résultat plus intéressant.

La Bièrothéorie avec Marie

IBU: L’IBU (ou International Bitterness Unit) est utilisée par les brasseurs pour mesurer l’amertume de leur bière. Cette mesure est généralement déterminée théoriquement par l’agent d’amertume contenu dans le houblon (une part par million d’isohumulone). Rappelez-vous une seule chose: Plus l’indice IBU est élevé, plus elle sera amère.

Pour les gens qui n’aiment pas la bière, la question de l’amertume revient souvent; c’est souvent la cause de ce dégoût alimentaire. Donc, logiquement, si quelqu’un vous dit qu’il n’aime pas la bière, ne lui suggérez pas d’emblée une IPA, très fortement houblonnée! Allez-y plutôt avec une bière caramélisée comme une scotch ale ou un porter ou encore une NEIPA comme la Milkshake NEIPA de Le BockAle dont je vous ai parlé récemment. Elle est moins amère que sa cousine la IPA et surtout fruitée et juteuse à souhait. Les stouts peuvent également être conseillés, malgré leur IBU souvent élevé, puisque les malts qui les composent déterminent beaucoup plus leur saveur fumée ou caramélisée que le houblon.

Bonne dégustation!

Des bières parfumées différentes et leurs accords bouffe

Je vous propose cette fois-ci 3 bières de la microbrasserie Dieu du ciel!, qui célèbre ses 20 ans cette année. Je vous ai déjà proposé l’Aphrodisiaque de cette brasserie (ici), qui ne cesse de m’étonner, tant par les ingrédients qu’elle ose combiner que par les œuvres superbes de l’artiste derrière ses étiquettes (Yannick Brosseau)

Vous trouverez aussi plus bas mes impressions sur Le Trinqueur, une Scotch Ale à la coriandre de Brasseurs du monde, qui m’a particulièrement plu.

cofP’tit Blanc
Bière blanche aux baies de genièvre et lime
4,3% alc./vol. – 341 ml (verre ambré)
Brasserie Dieu du Ciel!

Cette bière est brassée à partir de blé et d’avoine. Au verre, c’est une blanche, donc elle est floconneuse mais contient aussi de minuscules suspensions (les zestes de lime?).

Son effluve racée et poivrée saisit. Les baies de genévrier qu’elle contient prennent beaucoup de place, tant au nez qu’au goût. Dans son parfum intriguant, on dénote aussi des fleurs et de la lime. Pas de lime piquante, juste la lime fraîchement pressée.

Sans trop de surprise, au goût, la baie de génévrier est envahissante et son amertume rappelle celle du poivre blanc (sans le piquant). On goûte aussi la pulpe de la lime, dissimulée derrière toute l’âcreté des baies de genévrier.

Je serais curieuse d’essayer une rousse en plus haute teneur d’alcool composée avec les mêmes ingrédients donnant la saveur: Je pense que ce serait mieux balancé.

À essayer au moins une fois, pour quelque chose de différent.

À table : À goûter à l’apéro avec des bouchées qui ont du punch pour tenir tête aux baies de genièvrier. Je miserais aussi sur un cheddar fort, des rillettes de canard ou de saumon.

Ensuite, la Disco Soleil, une bière forte (6,5% alc. / vol.) aux kumquats, de la même brasserie Dieu du ciel! (format 341 ml – bouteille de verre ambré)

Légèrement orangée, elle forme au verre un beau collet de mousse soyeuse et une belle dentelle de bulles.

cofÀ mon goût beaucoup trop houblonnée et amère (je soupçonne le kumquat d’ajouter encore plus d’amertume à ce mélange houblonné déjà plus que complet).

À table : À savourer avec un plat de boulettes de porc gingembre-érable-piments forts.

Péché mortel
Stout impérial au café extra-fort
9,5% alc. / vol. – 341 ml (verre ambré)
Brasserie Dieu du Ciel!

rbt

Vieillie dans des fûtsde bourbon en chêne, cette bière est ma foi bien savoureuse. Sa robe, d’un noir opaque et dense ne laisse pas la lumière filtrer.

Son goût de café torréfié prononcé réveille nos papilles de façon fort agréable, bien qu’elle soit capiteuse et astringente par sa teneur élevée en alcool. Longue en bouche, elle rappelle un peu la liqueur de café Kahlua.

À déguster en petite quantité pour bien l’apprécier.

À table : À partager en dégustation avec des fromages : à pâte ferme (ex. Cheddar vieilli, emmental français, gruyère, gouda fort), à pâte semi-ferme (ex. Oka, Saint-Paulin) et bleus fruités (ex. St-Agur, Gorgonzola) ou accompagnée de pâtés bien relevés (ex. terrines de gibier poivrées).

Le Trinqueur
Scotch Ale à la coriandre
9% alc./vol. – 341 ml (verre ambré)
Brasseurs du Monde

Étant amoureuse de caramel finie, elle a su me charmer dès l’ouverture de la bouteille avec son parfum de caramel brûlé. J’avais hâte d’y tremper les lèvres. Quelle surprise étonnante de ne pas goûter au goût chlorophyllé de la coriandre mais plutôt d’être envahie par une pleine saveur de réglisse noire (à la Cachou Lajaunie), un peu amère, sucrée, et verte quand même, avec du bon sucre caramélisé.

280px-CACHOU_Lajaunie_Toulouse
Source: Wikipedia

Trinqueur.jpeg

Elle est soyeuse, ses bulles, petites et piquantes sur la langue sont un peu acides. L’alcool est présent mais très agréable. Son collet de mousse est évanescent.

Elle est longue en bouche et rappelle le sirop des crèmes caramel. On en redemande, encore et encore SVP!!

Prochaine dégustation: La Leffe Royale

Leffe Royale

Les courants du houblon

Le houblon est un ingrédient important dans l’élaboration d’une recette de bière. C’est en effet la fleur du plant femelle de l’Humulus lupulus, une vigne de la famille des canabinacées, qui est utilisée dans la fabrication de la bière. Sa « cocotte » d’un vert tendre et vif, cache une résine poudreuse jaune dorée contenant des acides et des huiles essentielles nécessaires dans la concoction de la saveur de la bière.

En fonction de la technique de houblonnage favorisée, il est responsable du développement de l’amertume, des arômes et même de la conservation de la bière, en inhibant la reproduction de bactéries qui pourraient être néfastes. Il agit comme complément important du malt, puisqu’il vient en contrebalancer le sucre.

Il existe 4 grands types de houblonnage de la bière.

Le premier étant le houblonnage dit amérisant. Le houblon est ajouté au début de l’ébullition du moût et est bouilli sur une longue période (env. 60-90 minutes). Attention, cette technique a pour but de rendre la bière amère mais amoindrit grandement les vertus aromatiques des huiles essentielles puisque la cuisson est longue.

Le houblonnage aromatique quant à lui se fait peu de temps avant la fin de la période d’ébullition du moût (env. 15-20 minutes), le tout afin d’optimiser la conservation de l’arôme désiré.

La technique du Whirlpool, quant à elle, se fait à la fin ou après l’ébullition, quand le moût est encore chaud. Ceci permet à la bière d’avoir des arômes frais et moins d’amertume.

Enfin, le houblonnage à cru (en anglais, Dry Hop) est effectué après la fermentation. Ce n’est donc pas la chaleur produite pendant l’ébullition mais plutôt l’alcool qui se charge d’extraire la saveur. Il est pratique surtout pour réduire l’amertume au maximum et plutôt extraire davantage les huiles essentielles pour un arôme et une saveur sans pareils.

Ces 4 techniques sont souvent utilisées dans la confection des IPA (India Pale Ale). Les houblons les plus à la mode sont les houblons américains Citra et Simcoe, ayant tous deux des arômes herbacés (voire même résineux) et d’agrumes. La majorité des IPA sont des bières houblonnées, amères mais agréables en bouche par les arômes tropicaux qui sont bien présents.

Je vous propose donc de déguster une IPA typique et une bière pour le moins « houblonneuse » pour célébrer cette belle plante qu’est le houblon.

Je vous propose donc …

Infamous IPA de Granville Island Brewing
Bière forte, 6% (En fût au restaurant ou en bouteille – Aussi disponible en épicerie)

J’ai goûté pour vous …

Les Quatre Surfeurs de L’Apocalypso
Bière forte tropicale, 6,5% (600 ml, verre ambré)
Brasserie Le Trou du Diable, Shawinigan, Québec

DSC_5391

« Amèrement houblonnée / houblonneusement amère! »

Au nez, une pointe de résine de conifère.

Sa robe jaune ambrée est belle; sa texture, soyeuse. La premier contact lingual est doucereux, rappelle le cacao feutré, mêlé à la clémentine et la tangerine; une espèce d’Orange Julep alcoolisé (lacté et amer). Malgré la promesse à l’endos de la bouteille d’une « écume abondante », son collet de mousse est largement insuffisant et trop fin et disparaît après 3 minutes dans le verre. Ses bulles fines sont évasives.

Attention, son abord plutôt agréable est une ruse. Derrière une si belle promesse se cache une violente amertume qui perdure gorgée après gorgée. On goûte la pelure blanche des agrumes. Son nez est fumé, l’alcool est puissant, surtout en finale.

Une fois tempérée, elle est toujours aussi houblonnée et amère, mais également sapinée, sucrée et veloutée. c’est déconcertant!

Le reste de la bouteille a été transformé en mimosa avec un jus d’orange avec pulpe. La saveur d’orange mûre sucrée ressort beaucoup plus et c’est beaucoup plus agréable en bouche. Bonne idée comme mimosa estival.

Liens Connexes:

Granville Island Brewing (Site Web)
Microbrasserie Le Trou du Diable (Site Web)

Crédit Photo:

Michael Parent et Marie-Lou Perreault