Du caractère qui réchauffe le coeur

Je relisais l’autre matin le texte d’introduction que Patrick a écrit lorsque je suis devenue une collaboratrice FOOD la Bouffe. Il disait: « Vous pourrez venir prendre une bière avec Marie-Lou. »

Ben faites donc ça! Donnez-moi votre feedback, vos impressions sur les bières que je vous propose dans la section commentaires ci-dessous.

J’ai pour vous cette fois des suggestions de bières rassembleuses pour tous ceux qui aiment les bières très savoureuses avec des effluves de café, de chocolat, de caramel, de vanille et de fumée. Cheers!

Carrick – Scotch Ale
Brasserie Le Naufrageur (Carleton-sur-Mer, Qc)
9,25% alc./vol. – bouteille de verre ambré – 500 ml
IBU 28

dav

Regardez-moi cette belle mousse, et cette belle robe, d’un noir intense, opaque. Son étiquette appelle au mystère et à l’aventure. Vous ne serez pas déçus! Sa mousse est crémeuse et sucrée.

Au nez, on sent le café, la crème brûlée, le caramel et la fumée.

Le malt fumé qui la compose est bien présent en bouche et très loin d’être désagréable. On la sent épaisse, soyeuse et surtout, pleine de saveurs! Le caramel rappelle celui de la croûte de la crème brûlée.

À déguster au bord d’un feu entre amis.

Malédiction (Milk Stout) (contient du lactose)
Le Saint-Bock
5% alc./vol. – bouteille de verre ambré – 500 ml

cof

Trop facile à boire! Bon stout presque noir.

Ce milk stout au cacao et à la vanille a de quoi surprendre. Il rappelle d’emblée les bonbons au caramel au café au cœur fourré au chocolat. J’ai l’impression de boire mon dessert!

Sa mousse, dense au début puis furtive est veloutée en bouche.

On la déguste avec ou sans guimauves.

Abel Turcault (Scotch Ale forte)
Microbrasserie de l’Île d’Orléans
8% alc./vol. – bouteille de verre ambré – 500 ml

dav

C’est un collègue à moi qui m’avait parlé de cette bière, qui porte le nom de son ancêtre.

Un peu d’histoire: Abel Turcault, était un fermier et un meunier établi sur l’Île d’Orléans en 1668! On lui avait octroyé une terre et lui avait donné le rare et prestigieux titre de maître farinier. Et pour cause, c’était le seul meunier de la place (pour le propriétaire de l’île) et le pain occupait alors une place très importante dans l’alimentation!

Bière brune caramélisée inspirée par les brassins écossais, sa couleur est aussi ambrée et opaque que la bouteille.

Son goût est fort en alcool et mériterait un temps de pause pour s’assouplir un peu. Elle a un potentiel de garde dont la durée m’est inconnue mais j’aimerais attendre 1 an ou 2 avant de la déguster la prochaine fois.

Réincarnation (Berliner Weisse)
Saint-Bock
4% alc./vol. – bouteille de verre ambré – 500 ml
Bière légère

dav

La bouteille indique Ananas et citron. J’étais très curieuse.

Au nez, c’est la prédominance de l’ananas mûr qui rafle toute l’attention. On a envie tout de suite d’y plonger les lèvres.

ERREUR!!!

Son goût est sûr et le citron domine sur tout. L’ananas se fait trop discret et n’est présent qu’en finale. On note aussi des pointes de pomme verte très acidulée.

J’ai été incapable de la finir, elle a fini dans l’évier. Quelle déception! Je m’attendais à plus de sucre ou au moins, moins d’acidité. C’est de loin la pire bière de la Brasserie Saint-Bock que j’ai eu la « chance » de goûter.

Peut-être qu’en modifiant la recette pour en créer une Goose, on aurait un résultat plus intéressant.

La Bièrothéorie avec Marie

IBU: L’IBU (ou International Bitterness Unit) est utilisée par les brasseurs pour mesurer l’amertume de leur bière. Cette mesure est généralement déterminée théoriquement par l’agent d’amertume contenu dans le houblon (une part par million d’isohumulone). Rappelez-vous une seule chose: Plus l’indice IBU est élevé, plus elle sera amère.

Pour les gens qui n’aiment pas la bière, la question de l’amertume revient souvent; c’est souvent la cause de ce dégoût alimentaire. Donc, logiquement, si quelqu’un vous dit qu’il n’aime pas la bière, ne lui suggérez pas d’emblée une IPA, très fortement houblonnée! Allez-y plutôt avec une bière caramélisée comme une scotch ale ou un porter ou encore une NEIPA comme la Milkshake NEIPA de Le BockAle dont je vous ai parlé récemment. Elle est moins amère que sa cousine la IPA et surtout fruitée et juteuse à souhait. Les stouts peuvent également être conseillés, malgré leur IBU souvent élevé, puisque les malts qui les composent déterminent beaucoup plus leur saveur fumée ou caramélisée que le houblon.

Bonne dégustation!

Mac & Cheese Deluxe

Mes enfants (ou je devrais plutôt dire, mes jeunes adultes) ont toujours aimés le macaroni au fromage mais vous savez celui orange fluo qui brille dans le noir? Je suis plus capable de ça. Je me suis donc mis à la recherche d’une solution de remplacement et je me suis rappelé mon food trip. Quand je suis passé à Chicago, j’ai mangé chez Smoque (je vais vous revenir là dessus dans un article futur) et j’y ai mangé un Mac & Cheese maison fumé. Le genre de macaroni au fromage qui te fait presque verser une larme tellement c’est bon. Je me suis dis « J’ai pas de fumoir mais je peux quand même ben m’en faire moi aussi! » alors je me suis mis à faire des recherches, des essais et des erreurs.

Je vous présente aujourd’hui le fruit de mes recherches. Quand j’ai parlé de ma recette à ma chum May via Messenger elle m’a lancée « SHUT THE FRONT DOOR! ». Sa façon bien à elle de me dire que ça avait l’air drôlement bon!

Mac & Cheese Deluxe

Permet de servir de 4 à 6 personnes environ.

Ingrédients:

  • 2 Tasses combles de macaronis
  • 2 Cuillères à soupe de beurre demi sel
  • 2 Cuillères à soupe de farine tout usage
  • 1 1/2 Tasse de lait
  • 1/2 Tasse de cheddar orange fort râpé
  • 1/2 Tasse de Monterey Jack râpé
  • 1/4 Tasse de parmesan râpé
  • 3 Cuillères à soupe de sauce à pizza piquante
  • 1 Tasse de mini craquelins au cheddar en forme de poisson

Préparation:

Préparer les macaronis selon la méthode indiquée sur l’emballage. Les refroidir à l’eau froide et laisser égoutter.

Dans une poêle, faire fondre le beurre à feu moyen-vif. Incorporer la farine et fouetter pour obtenir un mélange lisse et réduire le feu à doux. Ajouter 1/2 tasse de lait en continuant de fouetter jusqu’à ce que le mélange soit mélangé parfaitement au lait. Ajouter le reste du lait et continuer de fouetter pour bien mélanger.

Lorsque le mélange commence à frémir (fait de petites bulles), ajouter les trois fromages et mélanger jusqu’à ce que le tout soit fondu et bien incorporé. Ajouter la sauce à pizza et mélanger. Lorsque le mélange de fromages est lisse, incorporer les pâtes égouttées et bien enrober les pâtes du mélange de fromages.

Verser le tout dans un plat de cuisson et mettre au four à 350 F. pour 5 minutes. Retirer du four, ajouter la chapelure de mini craquelins au cheddar et remettre au four environ 5 minutes encore. Garder l’œil sur les pâtes puisque la chapelure peut noircir rapidement. Lorsque celle-ci commence à dorer, retirer du four et servir.

Notes:

Vous pouvez changer des fromages de votre choix mais optez pour des fromages au goût prononcés. La béchamel a pour effet d’adoucir les goûts. Il en va de même pour la sauce à pizza. Si vous trouvez la sauce trop piquante, optez tout simplement pour un sauce plus douce. Pour ma part, je trouve que les mini craquelins au cheddar ajoute une touche fromagée supplémentaire en plus d’ajouter une texture agréable en bouche mais si vous n’aimez pas le goût, vous pouvez substituer pour du panko ou de la chapelure italienne. Finalement, si la chapelure c’est pas votre truc, vous pouvez ajouter encore plus de fromage!

Bon appétit!